Vous êtes libre de télécharger gratuitement l’e-book « Les 10 recettes miraculeuses », des recettes énergétiques à base de dattes.

Chaque année, des millions de touristes voyagent à travers le monde à la recherche de lieux, de rencontres toujours plus insolites et différentes les unes que les autres. Cela a entraîné dans le paysage touristique actuel, la création de plusieurs types de tourisme alternatif. Tourisme responsable, tourisme équitable, mais également le tourisme solidaire. Soutenir les projets de développement local, respecter les populations d’accueil, voici les principales règles à respecter lors d’un voyage sous la forme de tourisme solidaire. 

Touriste et solidaire à la fois

L’union nationale des Associations de Tourisme et de plein air (UNAT) ainsi que des associations de tourisme solidaire ont défini la notion de tourisme solidaire ainsi :

Le tourisme solidaire regroupe les formes de tourisme alternatif qui mettent au centre du voyage l’homme et la rencontre, et qui s’inscrivent dans une logique de développement des territoires

L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ce type de tourisme.

Favoriser les rencontres et les échanges, voilà ce qui rejoint la définition de tourisme équitableLes Hommes et les populations locales sont réellement au centre du voyage. Partage de la vie quotidienne, hébergement chez l’habitant, rencontre des populations, autant de caractéristiques faites pour que le voyageur se sente totalement immergé dans la culture locale.

Le tourisme responsable est une conviction que le voyageur, porte en lui : intérêt, respect, politesse et attentions envers les populations locales tout en respectant leur culture et leurs coutumes.

Le tourisme responsable gère donc l’enjeu de voyager tout en respectant le développement économique local et la préservation des ressources culturelles et naturelles.

Solidaire, mais pas humanitaire

Il s’agit ici, de créer un lien de solidarité entre les voyageurs et les populations visitées, en contribuant à l’amélioration des conditions de vie. Cependant, même si certaines personnes sont amenées à participer à des initiatives locales (comme la construction d’un puits par exemple), il est en aucun cas question de tourisme humanitaire. Le tourisme solidaire, c’est éviter les grands complexes hôteliers, vivre au plus près des populations. Il s’agit simplement d’un outil d’aide au développement économique local.

Un développement rapide

Le Tourisme Solidaire est une nouvelle forme de voyage fait de rencontres, d’échanges et de découvertes des différents peuples et cultures dans le monde.

Il se développe assez rapidement dans le paysage touristique actuel. Des associations se créent, comme l’ATES (L’Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire). Cette association regroupe des organisateurs de voyages engagés dans une démarche de développement et de solidarité internationale par le voyage.

L’essor du tourisme solidaire entraine bien évidemment une course contre la montre pour certains voyagistes. Passion Terre propose à ses clients des circuits où la notion de tourisme solidaire est bien présente. Mais aussi des actions comme au Nicaragua avec le programme de reforestation sociale d’Enracine, basé sur le principe de la compensation carbone.

Mais Passion Terre n’est pas le seul acteur du tourisme durable à organiser des voyages responsables. Des agences comme Ecotours ont des projets basés sur la solidarité envers des peuples défavorisés. Par exemple, financer la construction d’une école à Dundlod en Inde, ou encore la création d’une librairie ambulante. En effet, certains villages au Venezuela ne sont pas reliés aux villes par des moyens de transport. Des mules transportent donc livres, cahiers et revues vers ces villages.

Le tourisme solidaire, l’art de voyager autrement

Toutes les initiatives visant à aider les populations dans le besoin sont des initiatives qui doivent être mises en avant. Aider les populations hôtes en participant à des initiatives locales, mais aussi les mettre au centre du processus touristique, et donc les faire bénéficier des retombées économiques, voilà comment on pourrait définir le tourisme solidaire.

Le tourisme solidaire semble devenir une forme de tourisme durable très appréciée par les voyageurs ces dernières années et pour cause : en plus de participer à la protection des populations locales et de leur environnement, le tourisme solidaire engendre de nombreuses retombées sociales, économiques et environnementales.

La nature et l’être humain : au coeur des préoccupations du tourisme solidaire 

Le tourisme solidaire met en avant les rencontres et les échanges entre locaux et voyageurs. Il soutient le développement local mais encourage également à la protection des ressources naturelles du pays. 

Particulièrement développé dans les pays du sud, le tourisme solidaire est un tourisme maîtrisé qui plébiscite les petits groupes pour favoriser l’échange. Les habitants peuvent ainsi prendre le temps de créer des vrais liens encourageant l’interculturalité. 

Les locaux deviennent les principaux interlocuteurs des voyageurs qui sont accueillis, nourris et logés au cœur des villages. En logeant chez l’habitant, le voyageur est sensibilisé aux traditions, aux coutumes, et à l’environnement dont dépendent les communautés. Aujourd’hui, grâce au tourisme durable, la parole est donnée aux premiers concernés par les dérives du tourisme de masse. 

En complète immersion chez les communautés, les voyageurs participent à une économie sociale et solidaire. Cette consommation responsable, en plus d’améliorer les conditions de vie, permet également la création d’emplois viables et durables pour la population (cuisiniers, guides, chauffeurs, coordinateurs locaux, etc..). Cette création d’emploi, en accord avec les principes du tourisme solidaire, entraîne une rémunération plus juste et un salaire souvent au dessus de la moyenne nationale du pays.

Le tourisme solidaire est donc un tourisme construit en concomitance avec la volonté des populations locales, les demandes des voyageurs et les obligations des professionnels du tourisme.

Des voyageurs de plus en plus engagés

Aujourd’hui, le voyageur solidaire souhaite apprendre, comprendre et vivre une expérience unique qu’il ne pourra pas vivre dans son environnement habituel. 

Lors d’un voyage solidaire, le voyageur peut par exemple prendre part à la réalisation de projets solidaires au côté de la population locale afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie sur place.

Ces initiatives sont proposées en accord avec les équipes locales et selon les besoins exprimés par les populations accueillantes et permettent d’allier tourisme et développement local. Vous pouvez ainsi contribuer à des ateliers socio-éducatif en Amérique Latine, ou des micro-chantiers en Asie ou encore participer à la restauration du patrimoine en Afrique. Ces actions permettent de s’investir concrètement dans une action, et pour les locaux, de répondre à un besoin immédiat. 

Tourisme solidaire : une aventure possible pour tous, que vous soyez célibataire, en couple ou en famille!

UNE DESTINATION DE CHOIX : Kébili et son ancienne Médina  

Outre un centre administratif régional, l’activité de la ville de Kébili est liée à la production de dattes dont elle est, avec Tozeur, un grand centre de commercialisation. À proximité du Grand Erg oriental, Kébili est également une ville-étape dans les circuits touristiques du Sud tunisien. Les petites villes ou villages qui l’entourent ne manquent pas non plus d’attrait en terme de palmeraies et d’oasis. Ainsi, Bechni, Rjim Maatoug, Douz,Noueil pourront êtres d’autres étapes à un joli circuit.

L’ancienne ville de Kébili, édifiée au 16e siècle sur les décombres d’un site archéologique berbère, a tous les atouts pour devenir une destination privilégiée du tourisme oasien et culturel, selon le commissaire régional au tourisme, Anouar Chetoui. Le responsable a déclaré au correspondant de l’agence TAP à Kébili qu’une meilleure exploitation de ce site permettra de diversifier le paysage touristique dans la région.

Vous aurez ainsi l’occasion de rencontrer la population locale, notamment des artisans qui auront à cœur de partager leur savoir-faire.

Tout est réuni pour un voyage de plaisir et de partage correspondant aux attentes des voyageurs ET des populations.

Le tourisme solidaire, c’est découvrir l’Autre et c’est possible partout et pour tout le monde !

Les seules compétences requises pour un vrai voyage solidaire sont la bonne humeur et l’envie de partager !

BIENVENUE SUR DATTAMAR.COM

En complément de notre newsletter,
vous êtes libre de recevoir le livre PDF « les 10 recettes miraculeuses »,
Des recettes à base de dattes qui ravivera vos papilles.
 

MERCI POUR VOTRE INSCRIPTION Si vous n’avez pas reçu l’e-book sur votre mail d’ici quelques minutes, pensez à vérifier votre dossier spams et d’inscrire notre adresse dans vos contacts

%d blogueurs aiment cette page :